vendredi 20 janvier 2017

Femme au téléphone de Raphaël Kirchner




Découvrons avec cette carte postale ancienne typique de l'Art Nouveau, légendée au verso "Oui, Je t'attends ..."  44 Marque L-E Déposé,  Imp. STUDIUM PARIS, l'artiste Raphaël Kirchner (avec un texte extrait intégralement de Wikipédia).


Raphaëel Kirchner (1875-1917) est un artiste peintre, dessinateur, illustrateur, lithographe et caricaturiste autrichien. Imprégné par l'Art nouveau, il est considéré comme l'un des inventeurs de la pin-up.

Né dans la capitale de l'Empire austro-hongrois, Raphael Kirchner intègre l'Académie des beaux-arts de Vienne et commence à devenir un jeune portraitiste à la mode pour des couples de la bourgeoisie montante, peignant surtout des femmes dans leurs plus belles toilettes. En 1900, il se rend à Paris pour visiter l'exposition universelle puis choisit de s'installer dans la capitale française.

Kirchner y reste près de quinze ans, collaborant à des périodiques illustrés comme La Vie parisienne, magazine à la fois mondain et léger et dont il devient l'un des piliers. Pour ce support, il produit d'abord une série dessinée de femmes très marquée par le japonisme (« Mikado », « Geisha »), qui deviennent de plus en plus éthérées et d'une grande force plastique (« Salomé »), accompagnées de motifs illustratifs floraux très inspirés par l'Art nouveau. Ces produits dérivés proposés par La Vie, cartes de vœux et primes de Noël, font place aux « femmes de Kirchner » qui vont peu à peu évoluer en un format plus érotique, ou franchement coquin, suivant la vogue de la carte postale illustrée : à partir de 1902, l'artiste devient l'un des plus gros fournisseurs de ce genre, qui empruntait au modèle initial de la geisha, puisant dans la femme fatale et l'aguicheuse, et présentant de lointain écho avec la grisette, et en un corps beaucoup plus libéré dans ses formes que la chérette.

Vers la même époque, il fréquente deux artistes hongrois, Alphonse Mucha et surtout Károly Józsa, ce dernier participant lui aussi, sans doute avant 1906, à la production de cartes postales illustrées de femmes parfois très dévêtues. Les deux hommes sont des habitués de Montmartre et de ses lieux de plaisirs et de fêtes. Ces « petites femmes de la Butte-Pinson » et autres geishas chromolithographiées, que Kirchner sait si bien immortaliser et faire se multiplier, commencent à être collectionnées1 ; il participe aux fameuses séries éditées par la marque apéritive Byrrh. L'artiste vit avec sa femme Nina qui lui aurait servi de modèle.

En septembre 1906, Kirchner et Józsa composent ensemble un numéro de "l'Assiette au beurre". Ses illustrations paraissent aussi dans "Je sais tout" et "Femina".

Au début des années 1910, il produit pour la maison de parfums Lubin quelques illustrations publicitaires et expose au Salon des humoristes puis au Salon des artistes français. Il est ensuite probable qu'il se soit rendu à Londres, on retrouve quelques-unes de ses caricatures dans le magazine "The Sketch". Par ailleurs la galerie de la Librairie de l'Estampe, peut-être un temps dirigée par Schwarz, le fondateur de L'Assiette, se présente comme éditeur des « œuvres en galantes couleurs » de Kirchner, et l'expose à plusieurs reprises.

En 1911, l'artiste est mentionné comme habitant 43 rue Lamarck.

Sans doute après le déclenchement de la Première Guerre mondiale5, Kirchner embarque pour New York. Il y commence une carrière de costumier et d'illustrateur pour des spectacles musicaux, entre autres pour les Ziegfeld Follies au New Amsterdam Theatre ou au Century Theatre, dont Dance and Grow Thin monté en 1917 sur une musique d'Irving Berlin. Il collabore à des magazines comme Puck, The American Weekly, et des albums de ses « Girls » commencent à être produits.
Il meurt brutalement à l'hôpital français de New York le 2 août 1917 des suites d'une opération de l’appendicite à l'âge de 42 ans, soit quatre mois après l'entrée en guerre des États-Unis contre les forces de l'Axe ; sa compagne sombre alors dans une dépression et meurt peu après.

Impact de la Kirchner Girl
Durant les années 1917-1918, les Doughboy's arrivent sur le front français avec dans leurs besaces des « Kirchner Girls » : celles-ci sont plus replètes que leurs grandes sœurs françaises, mais pas pour autant moins dévêtues. De leurs côtés, les Tommies et les Poilus ne sont pas en reste : les éditeurs français de cartes postales ont réimprimé les chromos que Kirchner avait multipliés lors de sa carrière parisienne. Mais en avril 1918, voilà que la Librairie de l'estampe se voit soupçonnée de commerce avec l'ennemi, Kirchner étant autrichien ; la nouvelle de sa mort n'est pas officialisée et certains journaux le croient revenu sur le front de l'Est, le qualifiant même de « boche dépravé » (tels La Croix). Ses « Girls » circulèrent malgré tout et elles ne furent pas les seules, postées par les marraines de guerre en guise de réconfort moral. Des artistes comme Xavier Sager, Chéri Hérouard, Léo Fontan, Achille Mauzan, Gerda Wegener, Suzanne Meunier, ou encore l'italien Rappini vinrent soutenir le moral des troupes avec des productions peu ou prou similaires. Toutefois, Alberto Vargas, l'inventeur de la pin-up « standard », est crédité comme s'inspirant des petites femmes de Kirchner.

jeudi 19 janvier 2017

Un timbre à date insolite de La Poste




Sur un courrier reçu en décembre 2016 d'un correspondant savoyard, un cachet insolite et discret de La Poste :


Renseignement pris: c'est le bureau de St Jean de Maurienne (Savoie) qui a fait réaliser ce timbre à date pour oblitérer correctement les enveloppes avec timbres de collection qui lui sont remises au guichet. 

Une délicate attention - même si elle n'est pas trop réglementaire - pour les philatélistes !

mardi 17 janvier 2017

Des timbres de Nouvelle Calédonie rendent hommage à l'engagement des Calédoniens et des Kanaks dans la première guerre mondiale 1914-1918




Un premier triptyque de 3 timbres a été émis le 5 juin 2015 pour évoquer l'engagement des Calédoniens. Sur l'un des 3 timbres c'est le paquebot El Kantara des Messageries Maritimes qui est représenté.


Faute de navires, le départ du premier des quatre transports des renforts calédoniens (dits abusivement « contingents ») n’a lieu que le 23 avril 1915. Un peu plus de 700 Calédoniens et Néo-Hébridais d'origine européenne sont du voyage. La presse française relate leur arrivée le 26 juin 1915 : " Un détachement de 747 jeunes soldats venant de la Nouvelle-Calédonie est arrivé avant-hier à Lyon ". (1)

Un second timbre a été émis le 3 juin 2016 pour commémorer l'engagement des Kanaks qui quittent Nouméa pour rejoindre Marseille avec le paquebot Gange des Messageries Maritimes..

Les Kanaks sont versés au bataillon des Tirailleurs du Pacifique (BP), formé à Nouméa le 3 juin 1916. Le bataillon comprend alors deux compagnies dans lesquelles les tirailleurs sont regroupés par îles ou tribus. Le bataillon rejoint Marseille par le paquebot le Gange le 4 juin 1916, il est surnommé bataillon canaque (selon l’orthographe de l'époque) ou même bataillon de la roussette, l'emblème figurant au centre du fanion du bataillon. (1)

(1) extrait su site http://centenaire.org/fr/espace-scientifique/societe/la-nouvelle-caledonie-dans-la-grande-guerre mis en place par la Mission Centenaire 14-18

dimanche 15 janvier 2017

Les vœux 2017 du Président de la République




En 2017, comme en 2016 c'est avec une enveloppe format C5 162mm x 228mm comportant juste la mention imprimé LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE que le Président de la République répond aux vœux qui lui sont adressés.


En réalité, c'est le Service de la Correspondance Présidentielle (SCP), qui est installé à 2 pas de l’Élysée, au Palais de l'Alma, situé 11 quai Branly à Paris 7°, qui se charge de la tache.



A l’intérieur de l’enveloppe, se trouve une carte double montant une vue panoramique du Palais de l’Élysée, et, insérée dans cette double carte, une carte avec la signature imprimée du Président François Hollande, remerciant pour les vœux qu’il a reçus.
Le texte est précédé du « faisceau de licteur », emblème de la Présidence de la République.

La correspondance est affranchie à 1,16€ qui correspond au 2eme échelon de poids du tarif Lettre Verte depuis l'augmentation des tarifs postaux du 1er janvier 2017. Le contrat de la machine à affranchir type Hewlett-Packard est géré par la PPDC (Plate-forme de Préparation et de Distribution du Courrier) de Paris Sud installé rue François Bonvin. 

Rappelons que le courrier de la Présidence de la République ne circule plus en franchise depuis le 1er janvier 1996, alors que les citoyens français bénéficient toujours de la franchise postale pour lui écrire en fonction  de l'article D73 du Décret nº 96-212 du 19.03.96 (publication au Journal Officiel n° 68 du 20.03.96 – art. 1, 2 et 3) relatif au Code des Postes et Télécommunications. Ce décret stipule que sont admises en franchise : les correspondances ordinaires reçues par le Président de la République et les correspondances pour lesquelles des traités ou des lois prévoient ce régime.


samedi 14 janvier 2017

Des entiers postaux offerts par La Poste à ses clients



En France, le service philatélique de La Poste s'appelle Phil@poste. Il est implanté à Boulazac en Dordogne, près de Périgueux. C'est là que se trouve depuis 1970 (date de sa décentralisation depuis Paris) l’imprimerie des Timbres-poste.

  
Le service qui traite les commandes des clients a, en 2016, offert avec certaines commandes, une carte postale - en réalité un entier postal-.

Le thème retenu pour l'année 2016 a été les véhicules postaux (une carte par trimestre). 
Les deux premières cartes diffusées sont "la voiture postale La Buire 1910-1915" et "la Renault 4ch des postes 1960". 





Les deux cartes diffusées au 2ème semestre sont "la voiture postale en tôle vers 1940" et "la Voiture Juva 4 des postes".




 Chaque carte de cette série comporte au verso un timbre personnalisé imprimé (Monde 20g) reprenant la même illustration.